Venez découvrir les papillons de nuit du littoral

L'Atlas Entomologique régional vous propose de découvrir le monde des papillons nocturnes. Une installation lumineuse installée sur le site permet d'attirer les insectes et de les observer. Apportez une lampe de poche, prévoyez un vêtement chaud ou de pluie en fonction de la météo.
L'animation est gratuite. Rendez-vous le jeudi 3 août à 10 h à l'ENS du Rio-More-Pointe de la Croix, Parking de Brambel, Piriac-sur-Mer.
Contact : 06.13.43.51.35, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. .

La Cordulie à corps fin à rechercher en juin !

Oxygastra curtisii (Dale, 1834)

Bien que discrète, Oxygastra curtisii est une libellule répandue dans l'ouest de la France. Les imagos peuvent être observés loin de l'eau, chassant le long de haies arborées ou le long des allées forestières. Ils sont faciles à reconnaître au stade imaginal, avec leurs taches abdominales jaunes.
Cette libellule reste souvent difficile à détecter sur ses sites d'émergence. Aussi, nous vous proposons d'enquêter sur les rivières et canaux de Loire-Atlantique et de Vendée afin de rechercher les exuvies de cette espèce et ainsi de trouver des sites de reproduction.

oxygastra curtisii

Où rechercher des exuvies ?

Dans l'Ouest de la France, les émergences interviennent de la fin du mois de mai à la mi-juillet, avec un net pic au mois de juin. Tous les cours d'eau principaux sont bons, ainsi que les canaux et les vasques des seuils de petits ruisseaux. Les portions de cours d'eau boisées sont particulièrement attractives.

Comment observer une exuvie ?

Les berges abruptes, les racines apparentes, les souches d'arbres morts, les enrochements constituent des supports d'émergence favoris. Sur des berges artificialisées, on peut rechercher les exuvies à vue. Sur des berges naturelles, la seule façon de trouver les exuvies de la Cordulie à corps fin est d'utiliser une embarcation légère. En effet, les exuvies d'Oyxgastra curtisii sont souvent positionnées sous une branche, une feuille ou une tige de ronce, restant complètement invisibles depuis la terre ferme. Assis dans une barque, les yeux sont souvent situés exactement à la bonne hauteur pour trouver des exuvies : celles d'Oxygastra curtisii sont généralement situées entre 0,5 et 1 mètre au-dessus de l'eau.

Reconnaitre l’exuvie de la Cordulie à corps fin

Le corps (sans les pattes donc) mesure grosso-modo 2 centimètres de longueur. La forme générale de l'exuvie d'Oxygastra est trapue, les yeux sont tous petits et l'arrière de la tête est de forme anguleuse. Les exuvies de Cordulies se distinguent immédiatement par l'abdomen trapu, le corps arrondi et la dentition du masque (= mandibules) en dents de scie. Parmi les Cordulies de l'Ouest de la France, Oxygastra curtisii est la seule très fortement velue et à ne pas posséder de fortes épines dorsales et latérales sur l'abdomen.
Pour vous mettre dans l'œil les différentes formes d'exuvies d'anisoptères, vous pouvez télécharger la planche conçue par Guillaume Doucet. Pour aller encore plus loin vous pouvez commander la "Clé de détermination des Exuvies des odonates de France", conçue en 2012 par Guillaume Doucet et disponible sur plusieurs plateformes en ligne.

Télécharger la fiche de Oxygastra curtisii au format PDF

Aidez-nous à construire la cartographie de cette espèce en Loire-Atlantique et en Vendée en nous communiquant vos observations à l’adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. . Une observation comprend un lieu (lieu-dit, commune), une date, un auteur et une espèce.

Les Drymonia de printemps, à reconnaître en avril !

Les papillons du genre Drymonia appartiennent à la famille des Notodontidae. Ce sont des espèces aux mœurs strictement nocturnes qui viennent très facilement à la lumière.
Deux espèces sortent durant les mois de printemps. Elles volent au même moment et fréquentent sensiblement les mêmes milieux. Nous vous proposons de mettre en évidence les principaux éléments permettant de les distinguer l’une de l’autre à coup sûr.

drymonia

Cliché à gauche pris le 21 avril 2010 à Boussay (44) par Patrick Trécul - cliché à droite pris le 13 mai 2016 à St-Nazaire (44) par Bruno Oger

1- L’argument le plus fiable est la lunule discale noire qui caractérise Drymonia ruficornis. Attention ! Sur les spécimens foncés elle peut être moins distincte mais elle est toujours présente. Alors que chez Drymonia dodonaea, elle est toujours absente.
2- Drymonia dodonaea présente aussi une ligne antémédiane courbée qui la distingue des autres Drymonia.
Malgré ce que montrent les photographies choisies, il ne faut pas se fier aux bandes sombres ou claires des ailes antérieures. Les deux espèces sont très variables dans leurs teintes, y compris dans les contrastes entre zones sombres et zones claires.

Télécharger la fiche des Drymonia de printemps au format PDF

Aidez-nous à construire la cartographie de ces espèces en Loire-Atlantique et en Vendée en nous communiquant vos observations à l’adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. . Une observation comprend un lieu (lieu-dit, commune), une date, un auteur et une espèce.