Christian Perrein sur le plateau de Télé Nantes

Christian Perrein était l'invité de l'émission "18h à savoir" sur le thème de l'histoire naturelle des papillons, le 23 avril 2014. Après avoir présenté la genèse de son ouvrage "la biohistoire des papillons", il explique pourquoi des dizaines d'espèces de papillons ont disparu des campagnes de Loire-Atlantique et de Vendée au cours du siècle dernier.

Christian Perrein sur le plateau de Télé Nantes
Cliquer sur l'image pour regarder l'émission sur le site de Télé Nantes

 

Carabus auratus à rechercher en mai !

Carabus auratus (Linnaeus, 1761)
Le carabe doré est un coléoptère aptère de la famille des Carabidae. Sa taille est comprise entre 21 et 24 mm. Habituellement vert clair à reflets métalliques, il existe aussi des spécimens cuivrés, plus fréquents en milieu boisé qu’en prairie.

carabus auratus

Cliché à droite pris à Bône, le Landreau (44), le 30 mai 2012 par Éric Texier, cliché à gauche pris à Pièce de la Vallée, Sainte-Hermine (85), le 16 avril 2007 par Jean-Pierre Favretto.

Ses milieux

Moins fréquente actuellement qu'au début du siècle passé, où cet insecte était régulièrement observé, l'espèce connue des jardiniers sous le vocable de "jardinière" ou de "vinaigrier", est présente dans les jardins (potagers, vergers, etc.), l'existence d'une surface herbeuse est très favorable au maintien d'une population. Il est possible de la trouver sur d'autres biotopes, en particulier en zone viticole sur la bande d’herbe qui sépare la vigne de la bordure d'un bois. Parfois la lisière d'un bois isolé constituée de chêne ou châtaignier, accueille une colonie.

Période d’activité

Si l’imago est actif dès la fin du mois de mars en cas de printemps précoce, Il se rencontre ordinairement à la mi-avril. Le nombre d’observations est maximal au mois de mai puis décroit jusqu'à fin juin en milieu ouvert (pré, prairie) ou jusqu'à fin juillet pour les colonies des espaces boisés. La larve carnassière se nourrit essentiellement de lombrics. Elle accomplit son cycle en quelques semaines et se nymphose à moins de 10 cm sous la surface du sol ; l'imago reste dans sa loge nymphale jusqu'au printemps suivant.

Comment l’observer

Au potager, le retournement d'obstacles (planche, pierre plate, bille de bois, etc.) permet de le découvrir. Les journées ensoleillées favorisent l'observation des spécimens actifs sur des
espaces dénudés (allées terreuses).
En milieu naturel, le dépôt de quelques pièges de Barber dans la surface herbeuse proche d'une vigne ou dans un bois permet aussi de découvrir l'espèce. Il est conseillé de mettre un appât dans le gobelet pour favoriser la capture et de vérifier son piégeage tous les 3 à 5 jours. D’autres espèces de carabes peuvent ainsi être détectées.

Télécharger la fiche de Carabus auratus au format PDF

 

Pyrrhosoma nymphula, à rechercher en avril !

Pyrrhosoma nymphula (Linnaeus, 1758).
La petite Nymphe au corps de feu est un odonate zygoptère de la famille des Coenagrionidae. D’une longueur totale de 30 à 35 mm, elle possède un abdomen rouge dont les derniers segments sont envahis de noir et présente sur son thorax des bandes nettement délimitées, de couleur jaune ou rouge. Les pattes et les ptérostigmas sont noirs.

Pyrrhosoma nymphulaPyrrhosoma nymphula

Clichés pris le 8 mai 2009 à la Boirie, Aizenay (85) et le 2 juin 2008 à l’étang des Aies, La Bruffière (85) par Patrick Trécul.

Ses milieux

Partout. La petite Nymphe au corps de feu se reproduit aussi bien dans les cours d’eau assez lents que dans les eaux stagnantes, douces ou même légèrement saumâtres, avec une prédilection pour les milieux riches en plantes aquatiques dans lesquelles les femelles insèrent leurs oeufs.

Période d’activité

De fin mars à début août, mais la majorité des observations a lieu de début avril à fin juin. Les mâles ont un comportement territorial marqué.

Comment l’observer

On peut l'observer d’autant plus aisément qu’il s’agit de l’espèce dont l’émergence est la plus précoce. Attention cependant à ne pas la confondre avec l’Agrion délicat Ceriagrion tenellum, plus tardif certes, et dont les pattes et les ptérostigmas sont rougeâtres.

Aidez-nous à construire la cartographie de cette espèce en Loire-Atlantique et en Vendée en nous communiquant vos observations à
l’adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. . Une observation comprend un lieu (lieu-dit, commune), une date, un auteur et une espèce.

Télécharger la fiche de Pyrrhosoma nymphula au format PDF

 

Nemobius sylvestris, à rechercher en mars !

Nemobius sylvestris (Bosc 1792).

Nemobius sylvestris (Bosc 1792)Clichés pris sur un sentier de la forêt de Gralas, Les Brouzils (85)
le 21 août 2008 par Patrick Trecul.

Le Grillon des bois est un tout petit orthoptère, de la famille des Gryllidae. Le mâle mesure environ 10 mm, la femelle est un peu plus longue du fait de la taille de l'oviscapte (organe de ponte). Ses tegmina (ailes antérieures) arrivent à peu près à la moitié de l'abdomen. De teinte générale brune, on distinguera sur son "front" 4 lignes dorées formant un motif en "M" ou "W" selon le sens d'observation.

Ses milieux

Ce grillon vit au sol, de préférence dans des bois clairs ou en lisière de boisements ou de haies. Contrairement à la majorité des grillons, Nemobius sylvestris ne s'enfouit pas dans des terriers mais se réfugie en général sous les feuilles mortes, qui lui servent par ailleurs d'alimentation principale.

Période d’activité

Imagos et larves peuvent être observés tout au long de l'année (sous réserve que chaleur et ensoleillement soient au rendez-vous), car le cycle biologique de l'espèce s'étale sur deux années. La majorité des observations a tout de même lieu de mars à octobre.

Comment l’observer

On peut l'observer aisément à vue, mais c'est au début du printemps, alors que les autres espèces chanteuses d'orthoptères ne sont pas encore adultes que l'on peut repérer très simplement cette espèce à l'oreille. Par temps ensoleillé, les mâles font entendre leur stridulation. On perçoit alors très distinctement, dans les lieux où l'espèce est abondante, ce chant agréable.


Cliquer sur l'image pour écouter son chant

Enregistrement sonore réalisé à l'Écornevrière,
Boussay (44) le 22 juin 2010 par Patrick Trecul.

Aidez-nous à construire la cartographie de cette espèce en Loire-Atlantique et en Vendée en nous communiquant vos observations à l’adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. . Une observation comprend un lieu (lieu-dit, commune), une date, un auteur et une espèce.

Télécharger la fiche de nemobius sylvestris au format PDF

Thecla betulae, à observer en février !

Les oeufs de la Thécla du bouleau Thecla betulae (Linnaeus, 1758).
La Thécla du bouleau est un papillon de jour de la famille des Lycaenidae.

oeuf de Tecla betulaeoeufs de Tecla betulae

Le cliché de gauche a été pris à Ste-Flaive-des-Loups (85) le 5 mars 2006 sur un mirabellier par Michel Clémot, celui de droite à Notre-Dame-de-Monts (85) le 3 décembre 2013 sur un prunellier par Christian Perrein.

Ses milieux

Partout. La Thécla du bouleau fréquente nos bocages mais aussi les dunes, les marais et la plaine calcaire. Sa chenille se nourrit sur divers arbustes du genre Prunus, surtout le prunellier Prunus spinosa.

Période de vol

De début juillet à fin septembre, parfois début octobre. L’imago, étonnamment discret, est difficile à observer et l’espèce est considérée de ce fait comme rare, à tort. La chenille est bien plus facile à trouver, par battage des haies de prunelliers durant la seconde quinzaine de mai.

Comment l’observer

Avec une bonne vue, c’est un jeu d’enfant de trouver des oeufs pendant l’hiver quand les feuilles de prunellier sont tombées, en privilégiant les rameaux de l’année sur des arbustes isolés bien exposés ou en entrée de champ, le plus souvent à une fourche où leur couleur immaculée les trahit. Attention cependant à ne pas les confondre avec ceux
de la Noctuelle de l’aubépine Allophyes oxyacanthae, en forme de tonnelet tronqué ; à la loupe, la structure alvéolée des oeufs de Thecla betulae est bien différenciable.

Aidez-nous à construire la cartographie de cette espèce en Loire-Atlantique et en Vendée en nous communiquant vos observations à l’adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. . Une observation comprend un lieu (lieu-dit,commune), une date, un auteur et une espèce.

Télécharger la fiche de Thécla betulae au format PDF