L’Hypène des ponts, à rechercher en décembre !

Hypena obsitalis (Hübner, 1813), l’Hypène des ponts

L’Hypène des ponts est un papillon nocturne qui demeure très mal connu. Il appartient à la famille des Erebidae.
On peut le confondre avec Hypena rostralis et Hypena proboscidalis. Il s’en distingue par sa taille moyenne, par la ligne médiane anguleuse toujours bien visible, alors qu’elle est droite et parfois peu contrastée chez les deux autres espèces, et par le bord externe de l’aile antérieur presque droit alors qu’il est falqué chez rostralis et proboscidalis.

hypena comparaison

Ses milieux

La chenille se nourrit de plantes banales comme l’ortie (Urtica sp.) et la pariétaire (Parietaria sp.). Le papillon fréquente toutes sortes de milieux y compris urbains.

Période d’activité

La période de vol s’étend sur toute l’année. On peut le surprendre en état d’hibernation au cœur de l’hiver.

Hypena-obsitalis-clisson 540

Cliché pris le 28 février 2015  à Clisson (44) par Patrick Trécul.


Comment l’observer

Hypena obsitalis est un papillon qui ne vient que rarement au piégeage lumineux. De ce fait sa fréquence réelle demeure méconnue. Le meilleur moyen de l’observer est de fréquenter les endroits très sombres comme les grottes, les caves, les granges… Les chiroptérologues le rencontrent parfois dans leurs inventaires des populations de chauves-souris en hibernation.

Télécharger la fiche de Hypena obsitalis au format PDF

Aidez-nous à construire la cartographie de cette espèce en Loire-Atlantique et en Vendée en nous communiquant vos observations à l’adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. . Une observation comprend un lieu (lieu-dit, commune), une date, un auteur et une espèce.

 

Le Leste brun, à rechercher en novembre !

Sympecma fusca (Vander Linden, 1820), le Leste brun.

Le Leste brun est un odonate zygoptère de la famille des Lestidae. D’une longueur totale de 25 à 30 mm, il possède un corps clair, ponctué de marques brillantes de couleur brune, sur la partie supérieure de la tête, du thorax et de l’abdomen. Comme tous les zygoptères, il maintient ses ailes fermées au repos, de part et d’autre de son corps délicat.

sympecma fusca

Cliché pris le 20 avril 2013 à Assérac (44) par Jean-Pierre Favretto.

Ses milieux

Les larves vivent dans les eaux stagnantes à faiblement courantes. Le Leste brun se reproduit aussi bien en eau douce que légèrement saumâtre, mais tolère mal la pollution.

Période d’activité

Les imagos volent de juillet – période de l’émergence – à novembre, et reparaissent de mars à juin, après avoir hiverné. C’est au printemps qu’ils se reproduisent.

Comment l’observer

On peut l'observer d’autant plus aisément qu’il s’agit d’une des dernières espèces à pouvoir être vues en fin de saison. L’automne est une période d’erratisme, où ces insectes recherchent un lieu favorable à leur hibernation. Ils affectionnent les clairières, les bois et leurs lisières, ainsi que les landes. Ils y trouvent abri sous les amas de feuilles mortes, les fagots, sur les mousses ou dans les touffes d’herbes sèches, avec lesquels ils se confondent par homochromie.

Télécharger la fiche de Sympecma fusca au format PDF

Aidez-nous à construire la cartographie de cette espèce en Loire-Atlantique et en Vendée en nous communiquant vos observations à l’adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. . Une observation comprend (lieu-dit, commune), une date, un auteur et une espèce.

 

Gortyna borelii en Loire-Atlantique

L'atlas entomologique régional remercie la revue Alexanor ainsi que Pascal Rousse pour leur aimable autorisation de mettre en ligne sur ce site deux articles concernant Gortyna borelii, notamment sa situation en Loire-Atlantique. Ils ont été publiés dans le tome 27 de la revue Alexanor (octobre-décembre 2015 Suppl. Fasc. 4) consacré au "Bilan synthétique sur la connaissance de la Noctuelle des Peucédans en France Gortyna borelii (Pierret, 1827)" :

La Decticelle cendrée, à rechercher en octobre !

Pholidoptera griseoaptera (De Geer, 1773)

pholidoptera griseoaptera versoLa Decticelle cendrée est une sauterelle de couleur sombre (le plus souvent brune, parfois grise ou rougeâtre). Le mâle mesure entre 13 et 15 mm (sans les antennes) alors que le corps de la femelle atteint 15 à 18 mm, auxquels il faut ajouter un centimètre de plus pour son long oviscapte courbé (voir photo). Cette sauterelle ne vole pas, ses organes de vol étant réduits à très peu de choses (tout juste visibles sous le pronotum chez les femelles, dépassant de 5 mm chez le mâle). Un autre critère caractéristique, mais qui nécessite la manipulation de l'insecte, est la couleur jaune vif de sa face ventrale.

Ses milieux

Pholidoptera griseoaptera est une espèce de lisières forestières, de fourrés et de pied de haies qui, une fois n'est pas coutume chez les orthoptères, apprécie les lieux ombragés.

Période d’activité

On peut observer cette espèce adulte du mois de juin au mois de novembre. Peu visible en matinée, elle est en revanche très active l'après-midi et en début de nuit.

Comment l'observer

C'est en parcourant ses milieux de prédilection que vous pourrez l'observer, souvent prenant le soleil sur la végétation dans des tâches de lumières passant à travers les frondaisons des arbres. La stridulation des mâles étant très caractéristique, nous vous invitons à prendre le temps de les écouter quand vous les observerez pour faciliter leur détection par la suite.

pholidoptera griseoaptera

Tous les clichés ont été pris par Patrick Trécul, en forêt d’Aizenay (85) en 2008.
Nous vous invitons à découvrir son site internet à l’adresse suivante :  http://www.patricktrecul-guidenature.com/

 

Télécharger la fiche de Pholidoptera griseoaptera au format PDF

Aidez-nous à construire la cartographie de cette espèce en Loire-Atlantique et en Vendée en nous communiquant vos observations à l’adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. . Une observation comprend un lieu (lieu-dit, commune), une date, un auteur et une espèce.

 

Le Sphinx à tête de mort, à rechercher en septembre

Acherontia atropos (Linnaeus, 1758).

Le Sphinx à tête de mort est un papillon migrateur aux mœurs strictement nocturnes. Les dessins très particuliers qui ornent son thorax sont à l’origine de son nom vernaculaire. Ils sont aussi la raison de sa mauvaise réputation dans la tradition populaire. L’imago, lorsqu’il est dérangé, produit un son parfaitement audible.

acherontia atropos

Les deux clichés ont été pris par B. Oger d’une chenille récoltée par Thérèse Fourage à Notre-Dame-des-Landes (44).

C’est à la chenille de ce Sphinx que nous vous demandons de vous intéresser ce mois-ci. Elle est remarquable par sa taille, ses couleurs et ses motifs. Sa couleur de fond est variable, allant du jaune au brun en passant par le vert. Elle se reconnaît surtout par les chevrons bleu-vert qui ornent son corps et la petite corne caudale granuleuse.

Ses milieux

Acherontia atropos se rencontre dans les espaces proches des activités humaines. L’imago vole de nuit à la recherche de ruches pour se gaver de miel.

Période d’activité

Le papillon vole à la fin de l’été et jusqu’en automne. La chenille est observable dans ses derniers stades du mois d’août au mois d’octobre, en fonction des conditions météorologiques.

Comment l’observer

La chenille est polyphage et se nourrit d’une grande variété de plantes de nos parcs et de nos potagers. Elle a une nette préférence pour les Solanacées, et c’est dans les champs de pommes de terre que l’on a le plus de chance de détecter sa présence par les feuilles rongées et les crottes de taille respectable laissées dans les sillons. On peut également déterrer la chrysalide en récoltant les pommes de terre ou trouver l’imago mort dans une ruche, dont il n’aura pas pu s’échapper.

Télécharger la fiche de Acherontia atropos au format PDF

Aidez-nous à construire la cartographie de cette espèce en Loire-Atlantique et en Vendée en nous communiquant vos observations à l’adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. . Une observation comprend un lieu (lieu-dit, commune), une date, un auteur et une espèce.